+ Recherche avancée
+ Login
+ Newsletter
 
 
> accueil > tests
Partagez cet article  
Bravely Default
  PHOTOS   VIDÉO
 
 
  Note générale
GamesUP.ch
9/10
  Note générale
lecteurs
Non noté
  Testé sur
 
Nintendo 3DS
Sur Nintendo 3DS

Les

+

> Système de jeu en béton armé
> Esthétique irréprochable
> Une finition exemplaire
> Personnages charismatiques et histoire mature
> musicalement superbe
> 3D stéréoscopique impressionnante
> Quasiment toutes les fonctionnalités de la 3DS utilisées de façon intelligente
> Adapté au joueur le plus novice comme au plus hardcore
> bestiaire varié
> Une grande panoplie de nouveautés intéressantes par rapport à la version originale
> Traduction française impeccable et voix japonaises disponibles
> enfin un véritable Final Fan....euh grand J-Rpg
 

Les

> Les Bravely Second, une petite tentative d'arnaque
> Les donjons finaux manquent d'un peu d'inspiration (et quelques aller retours)
> On aurait aimé plus d'intérieurs à visiter dans les villages
> On aurait aimé encore plus de merveilleuses musiques
> ça manque un peu de chocobo ahah =D

Depuis un bon moment maintenant, les décisions de Square-Enix surprennent et malheureusement rarement dans le bon sens. Certaines fois, cependant, le développeur japonais renaît subitement sans crier gare de ses cendres, comme par magie, tel un phénix et arrive encore à faire quelques choix judicieux, qui font rêver les anciens fans de l'entreprise japonaise. Tomoya Asano et son studio, nous offrent, avec Bravely Default, un jeu qui renoue avec les codes du Rpg japonais traditionnel, tout en modernisant, de façon efficace, la recette vieille de plus d'une vingtaine d'années. Sortit initialement en 2012, au japon, Bravely Default nous arrive enfin, intégralement traduit en français et avec un bon nombre d'améliorations par rapport à la version originale, qui pourrait même, sûrement, séduire les fans qui seraient passés par la case "import". De façon légitime, on peut se demander si Square-Enix, est encore capable de produire un RPG d'une grande classe, construit de façon intelligente de bout en bout et qui rappelle tout le savoir faire de la maison, qui a produit un bon nombre d'œuvres d'art du jeu vidéo. On est tenté de dire que oui, c'est encore possible, en tout cas Silicon Studios arrive à atteindre ce but avec un certain brio.

Testé sur Nintendo 3DS par Squall

  LAISSER UN COMMENTAIRE   COMMENTAIRES
> Graphisme 9/10    
Techniquement le titre de Square-Enix est quasiment irréprochable et reste presque un éblouissement de chaque instant. Tous les plans du jeu ont été fait à la main par de véritables artistes, mis à part la carte du monde, qui reste, elle, modélisée en trois dimensions à l'instar des Final Fantasy de l'ère de la première Playstation. Chaque fois que l'on met les pieds dans un village, on reçoit en vérité une claque, tant chaque recoin fourmille de détails en tout genre. Un véritable travail d'orfèvre : on vous le dit ! Les plans pré-calculés démontrent une nouvelle fois, avec Bravely Default, toutes leurs efficacités et sauront résister, à coup sûr, à l'épreuve du temps avec facilité. La direction artistique qui a été prise au niveau des environnements rappelle de près, celle du neuvième Final Fantasy très orienté "héroic fantasy". Des couleurs pastel, du plus bel effet, sont sans cesse, utilisées tout au long du jeu et on se surprend à voir des éléments en trois dimensions, parfaitement incrustés, dans quelques plans pré-calculés. Les effets lumineux ne sont pas en reste pour autant et sont extrêmement soignés. Il suffit de rentrer dans un village pendant la nuit et voir toute une ville scintiller de mille feux pour s'en convaincre : c'est noël avant l'heure pour les yeux, avec Bravely Default ! Bien sûr les intérieurs, eux-aussi, sont également extrêmement soignés à tous les niveaux, même s'ils restent, malheureusement, moins nombreux que dans les anciens Rpg de Squaresoft, qui donnaient quasiment la possibilité de visiter tous les bâtiments présents dans le jeu. Le character design, quant à lui, est assuré par le talentueux Akihiko Yoshida, à qui l'on doit, notamment, les personnages du célèbre Final Fantasy Tactics, du surprenant, mais controversé Final Fantasy XII ou encore, par exemple, du génial Vagrant Story. Les personnages sont entièrement modélisés en 3D d'une façon assez simpliste, mais sans pour autant manquer de détail et de charme. On nous donne la possibilité de changer de "job" et chaque changement de classe entraine une modification du look des personnages, qui ont tous un style qui leurs sont propre. Chaque arme a également été modélisée avec un grand soin et les différentes attaques et magies sont synonyme d'effets grandement réussis. Le soft de Silicon Studios utilise très bien toutes les features de la 3DS et la 3D stéréoscopique en fait bien sûr partie. Une fois la 3D activée, chaque arrivée dans un nouveau village est une baffe, tant il y a de plans et d'arrières plans qui s'entremêlent et qui rendent la 3D tout simplement impressionnante. S'il y a un seul jeu qui doit être contemplé en 3D, c'est bien Bravely Default ! Les combats ne sont pas en reste et le personnage le plus proche du joueur, sort littéralement de l'écran. Les divers effets en combats ressortent également très bien et restent très agréables à l’œil. Le petit point noir dans tout cela est bel et bien, les donjons, qui sont un peu moins inspirés que le reste du jeu, ce qui est fort dommage. Ne boudons pas pour autant notre plaisir, tout est quand même très travaillé dans la nouvelle licence de Square-Enix. Sachez également que notre version a été améliorée par rapport à l'originale et ce même au niveau des graphismes qui ont donc un meilleur rendu que sur la version d'origine qui était par exemple bien moins nette. Les cinématiques, elles, se passent de commentaires et sont tout simplement sublimes.
> notez cette section
> Violence 9/10    
On a ici un Rpg japonais de pure souche qui ne montre pas énormément de violence physique, néanmoins certains conflits politiques mettent sur le tapis des sujets comme la guerre et la mort. On dénote aussi certaines scènes bien matures qui pourront peut-être choquer les plus jeunes, car oui Bravely Default est un titre adulte sous ces faux airs de jeu pour enfant. Le tout peut être un peu compliqué à suivre pour les plus jeunes, car il y a quand même une quantité d'informations non négligeables à assimiler. Le PEGI+12 est de rigueur.
> notez cette section
> Jouabilité 9/10    
Basé sur un système de jobs terriblement efficace et addictif, qui rappelle dans les grandes lignes celui de Final Fantasy V, Bravely Default est un modèle d'ergonomie et en même temps, un retour aux sources du Rpg, imbibé d'une touche de modernité. Le titre de Square-Enix n'hésite pas à casser les règles du tour par tour afin de lui donner plus de peps et un constat s'impose assez rapidement : c'est une réussite totale ! Les règles de bases sont simples à assimiler. On combat au tour par tour en choisissant nos attaques comme dans n'importe quel Rpg classique, mais ici une grosse nouveauté fait son apparition. On a tout bêtement le droit de demander une sorte de crédit pour nos tours d'actions : oui vous avez bien compris, on a la possibilité d'attaquer avec tous nos personnages plusieurs fois par tour ! Il est donc possible d'emprunter des "Brave Points" nous permettant d'agir plusieurs fois en un tour et ce jusqu'à quatre actions au total, afin d'enchainer l'ennemi avec un grand nombre de coups, ou de lancer une vaste opération de soins sur une équipe en mauvaise posture. Bien sûr cela n'est pas gratuit et pour cause, chaque tour vous redonne un « BP » et il faudra donc se passer d'un personnage pendant quelques tours, le temps que celui-ci récupère d'un assaut de plus d'une attaque. L'option « Default » quant à elle permet simplement de se mettre en garde et de gagner un « BP » supplémentaire, cela est vraiment bénéfique pour amortir la furie d'un Boss qui serait prêt à lancer une série de quatre grosses attaques : oui, les ennemis eux aussi sont au bénéfice des mêmes avantages et désavantages que vous ! Même un assaillant lambda peut s'avérer dangereux dans Bravely Default, car les ennemis causent, la plupart du temps, pas mal de dégâts à une équipe mal préparée. Il faut donc rapidement trouver la façon la plus efficace d'éliminer le plus grand nombre d'ennemis le plus rapidement possible à coup de jolis combos. Le système de combat est très riche et dispose de pleins d'autres petites choses comme, un système de coups spéciaux qui découle directement des armes utilisées, des invocations ou encore de la possibilité d'utiliser un de vos amis via internet pour qu'il envoie une attaque qu'il aura pré-enregistré au préalable pour vous aider. Bien entendu, les affrontements contre le Boss tirent pleinement profit du système mis en place et sont toujours très bien pensés proposant pour la plupart un agréable challenge à surmonter. Au niveau de l'ergonomie il est par exemple possible d'accélérer à tout moment les combats pour qu'ils soient plus rapides, ce qui est tout bonnement excellent, surtout lors des phases de leveling qui deviennent ainsi moins fastidieuses que d'habitude. Le système de « jobs » proposé est riche et chaque classe dispose de compétences qui lui sont propre. Il est cependant possible d'attribuer aux personnages, une classe secondaire, qui permet d'utiliser les capacités déjà apprises auparavant de ce même « job ». Pour faire simple, il est possible, si vous avez déjà monté quelques niveaux dans la classe de mage noir d'installer les capacités apprises sur un mage blanc que vous êtes en train d'entrainer, de quoi compenser sa faible capacité d'attaque à coup sûr ! Il existe encore des capacités inhérentes à chaque classe, qu'il est également possible d'installer sur n'importe quel autre job, bien entendu cela est limité par un certain nombre de points. Il n'est pas rare de vouloir mettre la capacité « arme à deux mains » à un Ninja, pour augmenter encore plus sa puissance d'attaque quitte à se passer de bouclier, mixer les classes entre elles ça a vraiment du bon ! Vos personnages peuvent également se lier à un de vos amis qui possède le jeu, via streetpass ou internet et si celui-ci est plus avancé que vous dans une classe, il sera par exemple possible d'avoir directement les capacités d'un mage noir de niveau quatre et ce même si vous n'avez pas encore entrainé cette classe. Vous l'aurez compris Bravely Default est d'une richesse incroyable et il nous est impossible de tout détailler ici. Sachez simplement que l'exploration est bien agréable et qu'un bon nombre d'objets sont cachés dans les décors comme dans les vieux FF. Le jeu est tellement bien pensé qu'il se paye même le luxe d'être entièrement jouable à la main gauche ! Les menus en combat, sont comme vous vous en doutez, situés sur l'écran du bas pour une visibilité optimale. On regrettera simplement que le level design de la fin du jeu soit un peu plus redondant et donc un peu moins inspiré que tout le reste, mais ce problème a plus ou moins été atténué par toutes les nouvelles options et nouvelles quêtes disponibles, qui redonnent un meilleur rythme au tout que la versions originale. Les « Bravely Second » sont des points qui permettent de dépasser la limite de 9999 points de dégâts et qui se récupèrent petit à petit au fil de heures de jeu. Il s'agit aussi d'un moyen plus ou moins grossier de faciliter le jeu via micro payements, car oui ses points sont également « achetables » sur l'eShop, mais rien ne nous oblige à utiliser cette option, cela reste quand même globalement honnête.
> notez cette section
> Bande-son 9/10    
Déjà une merveille pour les yeux, Bravely Default enfonce encore un peu plus le clou, en proposant une OST de folie signée par Revo, un compositeur japonais de renom et respecté. Tant les musiques d'ambiances que les thèmes de combats sont réussis. Tantôt joyeux, tantôt tristes ou encore beaucoup plus guerriers et épiques, tous les thèmes se laissent écouter et rentrent comme du velours dans nos petites oreilles. Véritable tour de force, n'importe quel thème ou presque, reste profondément gravé dans nos mémoires, sans que l'on aille pour cela, une seule seconde à se forcer. La petite déception est tout simplement de ne pas avoir le droit à plus de pistes, ce qui aurait été encore plus merveilleux. Les bruitages quant à eux sont extrêmement réussis. Les voix japonaises sont incluses, ce qui n'est pas pour nous déplaire et les doubleurs se sont grandement appliqués à jouer leurs personnages à la perfection. Les voix anglaises elles sont sympathiques, mais sans véritable plus.
> notez cette section
> Durée de vie 9/10    
La durée de vie de Bravely Default est tout simplement gargantuesque et nous promet en ligne droite, plus d'une quarantaine d'heures de jeu au minimum. Si on ajoute à cela, tous les jobs à récupérer via des quêtes annexes, les Boss secret à éliminer qui sont inclus dans le jeu ou encore ceux que Square-Enix distribue au compte goutes via internet et qui sont directement tirés de Final Fantasy : The 4 Heroes Of Light, ainsi que tout le reste, c'est bien la centaine d'heures de jeu que l'on atteint facilement. Le jeu est parfaitement maîtrisé et propose une aventure calibrée pour tout type de joueurs. En effet, la version européenne apporte avec elle la possibilité de choisir une difficulté parmi trois, à savoir facile, normal et difficile et saura faire le bonheur de tous. Il est possible de basculer d'une difficulté à une autre à tout moment et on nous donne, de plus, la possibilité de choisir le taux d'apparition des ennemis. A première vue cela ne semble pas être grand chose, mais pouvoir choisir le taux d'apparition des ennemis est un véritable bonheur, qui nous permet de totalement couper les affrontements aléatoires, quand on a simplement envie d'explorer un petit lieu sans se prendre la tête, ou que l'on est pressé d'arriver à un point de sauvegarde pour une raison X. Le joueur à la possibilité de (re)construire un village pour gagner des bonus en tout genre, comme des armes ou armures. Pour cela il suffit « juste » de donner des ordres à des villageois qui vont s'occuper de construire ce que vous leurs avez ordonné de faire. La petite subtilité, réside dans le fait que le temps nécessaire pour construire quelque chose, est calculé en temps réel. Les développeurs ont ainsi utilisé de façon intelligente la mise en veille de la 3DS qui continue à comptabiliser les heures de travail de vos villageois. Le village est un exemple parfait pour illustrer que même les joueurs les plus occupés, peuvent se faciliter les choses en faisant construire, pendant qu'ils travaillent par exemple, des bâtiments dans le village pour leurs faciliter la vie une fois de retour sur le jeu. Le StreetPass de la 3DS est également utilisé de façon intelligente et permet de récupérer des villageois supplémentaires, ce qui à pour effet de réduire le temps nécessaire à la construction ou la réparation de quelque chose dans le village. Il existe énormément de tâches à accomplir dans Bravely Default et on vous signale même qu'il y a des passages secrets à la manière des vieux FF, ou vous pouvez traverser un mur pour y trouver des objets cachés. Les quêtes annexes sont intéressantes, ainsi que scénarisées et offrent souvent de belles récompense. Il n'est pas rare de décrocher un « Astérisque », qui est ce qui vous permet de commencer à apprendre un nouveau « job », car oui les jobs ne sont accessibles qu'une fois que l'on a trouvé l'astérisque correspondant. Le nombre de sauvegardes est passé d'un simple slot à trois pour cette nouvelle version, ce qui est en soi, bien sympathique !
> notez cette section
> Scénario 9/10    
L'histoire que nous raconte Bravely Default est simple et touchante à la fois. Les personnages sont tous attachants et ont chacun un but et un passé. De tempéraments très différents, mais tous charismatiques, les quatre protagonistes vont ensemble évoluer en surmontant de difficiles épreuves et autres évènements tragiques. Oui, la production de Square-Enix ne fait pas dans la dentelle et est un titre adulte qui va au bout de ces idées et ce sans aucunement se gêner, malgré son air de jeu gentillet. Certains passages peuvent tout simplement choquer et on tient à tirer notre chapeau aux développeurs qui ont osé nous sortir un J-Rpg mature comme on n’en a pas vu depuis un bon bout de temps. Le scénario est écrit de façon à se débarrasser de toutes fioritures et va directement à l'essentiel, on retrouve quasiment la narration si propre aux anciens RPG de l'ère 16 et 32 bits. Ce qui surprend le plus, est bel et bien la richesse de l'univers que l'on parcoure. Nous possédons une sorte de journal, qui décrit de bien belle façon un nombre incroyable de choses de cet univers. Il n'est ainsi pas impossible de trouver l'histoire de n'importe quel arme, les secrets de composition d'une potion, ce qu'un des quatre héros aime manger, la mention de civilisations disparues et bien d'autres choses encore sont à découvrir : tout simplement énorme pour les fans de lecture qui peuvent en plus se délecter de quelques beaux artworks pendant leurs lecture ! Les développeurs ont également eu la gentillesse d'ajouter un paquet de nouvelles scènes afin de rallonger, principalement, deux chapitres. Certaines modifications ont été faites pour que l'histoire colle mieux à la suite de Braveley Default qui est en cours de préparation chez Square-Enix en ce moment même. On salue également la « scénarisation » de quêtes annexes qui sont franchement un plus bien sympathique et qui offrent de petites histoires annexes qui s'imbriquent parfaitement dans l'aventure principale ! La seule chose que certains pointeront peut-être du doigt est la relative linéarité du titre, mais vu tous les à côtés qui sont proposés, il ne s'agit ici que de pur chipotage.
> notez cette section
> Note finale 9/10    
Attendre avec impatience pendant plus d'une année ce J-Rpg, était-il justifié ? Tout simplement oui, on a le droit à une traduction française impeccable, des voix japonaises et un nombre incalculable d'améliorations et nouveautés en tout genre par rapport à la version d'origine, qui font de cette nouvelle itération, du soft de Silicon Studios, un jeu meilleur qu'il ne l'était déjà à la base. On tient ici, un jeu mature et raconté avec brio, comme aimait le faire, Hironobu Sakaguchi, le papa de Final Fantasy. Bravely Default est une aventure portée par de magnifiques graphismes, dotée d'un système de jeu irréprochable et bercée par une magnifique OST . En plus de toutes ces qualités, Tomoya Asano et toute sa clique, s'amusent à utiliser quasiment toutes les fonctions de la 3DS d'une façon intelligente et jamais intrusive : la grande classe ! On approche à grand pas de Noël 2013 et Bravely Default est sans conteste, un cadeau d'exception à offrir à n'importe quel amateur de Rpg japonais possédant la 3DS : sûrement un des meilleurs Rpg des dix dernières années et enfin un jeu qui détient l'aura d'un véritable Final Fantasy, un point c'est tout !
> notez cette section
> INFOS SUPPLÉMENTAIRES
Version:
Genre: RPG
Age: dès 12 ans
Nombre de joueurs: 1
Online: Oui
Date de sortie: 06.12.2013
Editeur: Nintendo
Site officiel: http://www.nintendo.ch/fr/Jeux/Nintendo-3DS/Bravely-Default-813488.html
Développeur: Square Enix
> PAROLE DU RÉDACTEUR
parole_redac